dimanche 4 mai 2014

Les dingos du guidon en Martinique!


La Martinique concurrence largement le Brésil avec ses plages paradisiaques, sa jungle luxuriante au Nord de l'île, son peuple accueillant dont la culture n'a pas grand chose à voir avec celle des métropolitains. Nous retrouvons Jessica et Vincent, qui n'ont pas chaumé depuis nos folles années étudiantes puisqu'ils ont trouvé un boulot en Martinique et ont fabriqué 2 beaux bébés. C'est chez eux que nous resterons le temps de chercher un ultime bateau-stop pour rejoindre la métropole. Mais la chance nous sourit encore et au bout de quelques jours, nous avons une proposition d'embarquement pour Nantes. Le bateau part le 08 mai, ce qui nous laisse 1 mois devant nous pour profiter de nos amis et découvrir l'île aux fleurs.

Cela faisait 6 ans que nous n'avions pas vu leurs bouilles : Jess et Vincent n'ont pas pris une ride, n'ont pas perdu leur humour mythique mais sont maintenant parents et la relève promet d'être aussi forte en caractère que les géniteurs! Nous nous sentons chez nous dans leur maison perchée sur les hauteurs de Fort de France où résonnent les rires des adultes, les cris des enfants, les chants, la guitare : les bruits de la vie!

Y de l'ambiance chez les Dulongs!
Et avec nous, c'est Pop's et Titelle qui débarquent chez les Dulongs avec leurs bébés
D'intrépides aventuriers nous endossons le rôle de nounous : si c'est pas de l'adaptation ça!
Brassens, Cabrel, Aznavour...tout le répertoire du diapason y passe : tous en cœur!

Bref, nous nous laissons vivre dans cette douce atmosphère familiale entre les bonnes bouffes, les soirées belotes, l'organisation de la chasse aux œufs de Pâques pour les petits, les pic-niques à la plages. Nous, en plein tour du monde ? Qui l'eut cru! Qui sait si ce n'est pas ce qui nous attend en rentrant... 

Pâques, c'est pour les petits...et pour les grands qui ont aussi du chocolat jusqu'aux oreilles!
Qui a dit que la démographie de la France a une croissance trop faible?

Nous quittons de temps en temps notre confortable pied-à-terre, pour aller parcourir l'île en vélo et à pieds, et tester l'accueil des martiniquais. La Martinique est une île de contrastes : le Nord de l'île, sauvage et peu touristique abrite une forêt tropicale dense alors que le Sud très sec est flanqué de belles plages de cocotiers et de sable blond.

Le Nord de l'île aux plages de sable noir
Et le Sud, aux eaux turquoises et au sable blond


Les Martiniquais sont assez brusques et nous paraissent de mauvaise humeur au premier abord mais sont vraiment chaleureux une fois que les barrières de la méfiance sont tombées. Nous ne nous sommes jamais vu refusé un service : les gens nous remplissent les bouteilles d'eau, nous laissent camper chez eux et parfois nous invitent à manger.

Vénéran, le responsable du club de vélo à Ste Anne nous aide dans la réparation des vélos et nous régale d'un bon Colombo de poulet!
Jacqueline nous laissera camper sur sa terrasse et nous  fait goûter un excellent planteur de sa confection

Et nous voilà à nouveau sur les routes en mode baroudeurs à la recherche des coins paradisiaques et des belles personnes...

...et des plans galères! ça nous avait manqué tiens!
C'est parti pour l'aventure sur la trace des caps, sentier pédestre que nous transformerons en piste cyclable
...enfin presque car la plupart du temps, il faut pousser les vélos. C'est le jeu ma pauv' Lucette!
Et pour finir en beauté, sur l'idée de Jess, nous nous offrons un baptême de plongée pour la 1ère fois du voyage. Les fonds marins en Martinique sont haut en couleur et valent le coup d'aller les admirer d'un peu plus près. La masse d'eau au dessus de nos têtes est impressionnante pour les novices que nous sommes et les 1er instants sous l'eau un peu maladroits entre l'air qu'il faut penser à aspirer par le détendeur et la les tympans qu'il faut soulager en décompressant.

L'équipe des futurs baptisés, prêts à s’immerger dans le monde parallèle de l'autre côté de la surface.

Mais bien vite, nous acquérons plus d'aisance et ne pensons plus qu'à observer la vie qui se déroule sous nos yeux : les algues qui ondulent accrochées aux coraux multicolores, le ballet des bancs de poissons qui se déplacent dans une parfaite harmonie en réfléchissant la lumière, les tortues dont la lente progression est empreint de grâce, les milliers d'espèces de poisson tachetés, rayés, ronds, effilés....Nous qui pensions que la mer était vide, nous voilà rassurés : si sur le retour, nous nous sentons un peu seuls au milieu de l'océan, nous nous remémorerons cet univers plein de vie.

En parlant de retour, la date fatidique approche et nous prenons congé de Jess, Vincent Mahé et Janis, notre famille d'adoption pendant tout ce temps passé en Martinique.

Ce n'est qu'un au-revoir les potos, merci pour tout!


ça y est, le jour J est arrivé : nous allons rencontrer notre nouveau capitaine. Bête noire ou bonne pâte? Nous aurons bientôt la réponse...

En se rendant à notre rendez-vous avec le capitaine et son voilier, nous assistons au départ de l'expédition scientifique qui va étudier et effectuer des prélèvements sur le 7ème continent : une énorme poubelle, un amas de plastique grand comme 5 fois la France. Les déchets ont été rassemblés là par les courants et n'a été découvert que récemment.


Le 7ème continent, celui de la honte, une verrue au milieu de l'océan.

Nous discutions sur la thématique des déchets et de l'environnement en général avec une martiniquaise venue assister au départ du catamaran quand au fil de la conversation, elle apprend notre histoire et s'écrit : "Mais en voilà une belle aventure! Justement je suis journaliste à France télévision et ça m'intéresserait de faire un reportage sur votre voyage, ça vous embête?"

Meuh non, pardis! Et voilà qu'on se retrouve derrière la caméra en essayant de bien insister sur la promotion du voyage carbone 0 et des déplacements doux.

Le problème avec les journalistes, c'est qu'ils gardent ce qu'ils veulent et de notre discours sur les déplacements doux, vousn'entendrez rien!
Au bout du ponton, nous avons rendez-vous avec l'équipage : Jean-Lucien Champigny et ses deux équipiers, Agathe et Giocante nous attendent à bord de Tersane. La rencontre est concluante, les échanges agréables  : nous embarquons à bord, rassurés et heureux de reprendre la mer avec une si bonne compagnie!


5 commentaires:

  1. Evaluez bien la bête (je parle du capitaine), sinon ça risque d'être trèèèèès long!
    Bises, Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. le gd départ est proche, bonne navigation
    bonne pêche pour remplir l'estomac
    à bientôt sur le quai de Nantes
    f

    RépondreSupprimer
  3. Bon voyage de retour ! Faites un signe quand vous passez aux Açores !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ok merci, mais qui est ce?
      max

      Supprimer
  4. Je vous envie ! Votre aventure est tout simplement géniale ! Je vous souhaite une bonne continuation et bonne route pour le retour ! :-)

    RépondreSupprimer